Fritz Sauckel le négrier des Français et des békés surnommé le négrier de l’Europe, vérités cachés sur la seconde guerre mondiale ce que les Kémites doivent savoir contre le révisionnisme nègre.

Après La vague de grève de Mai juin 1936, et la victoire du front populaire la même année, la peur d’une révolution communiste tourna à l’hystérie, combattre Hitler c’était semble t’il : « Faire le jeu du communisme international »

En outre tout les Français ayant plus de trente ans se souvenait du gaspillage aveugle de jeunes au conflit de 14-18, qui avait fait de la France un pays de vieillards et d’infirmes.

L’image reste surtout de cet instant de juin 1940, le réfugié Belge et Français militaires et civils qui obstruaient les routes aux derniers jours mitraillés par l’aviation Italienne, épuisés par leur mutuelle désespoir.

 

 La France avait été assommée, démoralisée, sans devenir spartiate pour autant par la guerre la plus rapide et la moins destructrice qu’elle avait subie au XIX siècle.

Les villes n’avaient été bombardés systématiquement comme étaient en voie de l’être Londres, on n’avait vu des régions entières devenirs des déserts comme en 14-18.

 

Vichy n’est pas un petit pansement c’est de la grande chirurgie, la France n’est pas le seul pays occidentaux occupé à se contenter d’administrer, elle fait une révolution intérieur de des institutions et de ses valeurs morales.

La vraie menace contre Pétain pendant l’été et l’automne 1940 vient de l’opposition d’une élite à l’étranger , plutôt que d’un mouvement de masse dans l’hexagone Français.

 

Des responsables des possessions d’outre mer trouvaient l’armistice difficile à avaler, n’ayant pas subi directement la Blitzkrieg, « la guerre éclair » du Reich, et ayant été élevé dans l’idée de la grandeur de la France et de garder à la France les ressources de l’empire. Les gouverneurs généraux des colonies et d’outre mer étaient les Français les belliqueux de l’été 1940.Les deux principaux commandant d’outre mer et des colonies étaient le général Auguste Noguès en Afrique du nord , et le général mittelhauser au proche orient, officier les plus virulents.

Le coup de massue de la défaite ayant fait d’un peuple arrogant et belliqueux une foule de flagellant avide de souffrances et de discipline.

 

Lors de son procès en 1945 Pétain déclare : « Chaque jour le poignard sur la gorge j’ai lutté contre les exigences de l’ennemi »

Ce n’était pas tant un mensonge qu’une demi-vérité.

La collaboration ce ne fut pas une exigence Allemande auxquels certains dirigeants ont répondu par sympathie ou par ruse, ce fut une proposition de la France à Hitler.

 

 

Les conditions léonines de l’Afrique sont appliqués à la France des Français et des békés

Le 26 Août après des semaines de négociations vaines La France doit accepter de payer 20 millions de Mark par jour au titre des frais d’occupation par l’article 18, ce qui représente 400 millions de Franc avec le taux de change de l’époque, soit 400 m

illions de Francs par jour que l’état Français doit acquitter au Reich au titre de frais d’occupations avec le taux de change de 20 pour 1.

 

Jean piot dans l’œuvre demandait à la France de « remplacer la politique revancharde de Clemenceau par la politique colonialiste de Jules Ferry. »

Après la défaite de 1640 la France étant bridée partout sur le continent, les colonies deviennent de ce fait plus précieuses.

Dans les entretiens qu’il a en en Août 1940 à Paris, Laval premier ministre de Pétain affirme :

« La France a plus d’intérêt avec Berlin qu’avec Londres, à l’heure actuelle elle a subi une défaite et doit la payer, mais la paix ne peut être conclue avant que l’Angleterre ait été vaincu à son tour. Plus la grande Bretagne sera écrasée moins le fardeau de la France sera lourd, les pertes Françaises pouvant être compensés par les possessions Britanniques en Afrique. »

Pétain affirme :

« Le bolchevisme est l’ennemi de la France et de l’Allemagne qui ont intérêt à défendre ensemble une civilisation supérieur »

 

Le Colonialisme Appliquée à la France :

La Kollaboration c’est la botte, les ressources sont drainés vers l’Allemagne par plusieurs canaux , les plus larges étant les frais d’occupations.

Ils sont fixés en France à 400 millions de Francs par jour, le 10 mai 1941 il passe à 300 millions par jour, puis à 500millions le 11 novembre 1942, quand le pays tout entier est occupé par le Reich.

Jusqu’au 3 septembre 1944 paye au total 631 866 000 000 milliards de Francs 58% de son revenu national entre 1940 et 1944, il faut y ‘ajouter le coup du déficit du change extérieur avec L’Allemagne.

 

En outre des accords partiels prévoient la livraison de matières premières stratégiques et de denrées alimentaires, sans compter qu’un certains nombres d’usines travaillent sous contrat de guerre.

Un pu plus de 10% des produits coloniaux , phosphates , huiles végétales vont au Reich.

Le Reich à emmené 4320 des 16000 locomotives du parc ferroviaire Français.

Le Reich a pris dans les compagnies Française d’outre mer des parts équivalents à 121 millions de Mark.

Frank Richard Hemmen chef de la délégation économique du Reich en France peut dire : »Les Français employés dans l’industrie du chemin de fer , la navigation fluviale et la majeure partie de la marine marchande travaille presque exclusivement pour le Reich.

La France est étranglée économiquement et financièrement par les saignées que lui impose lez Reich.

C’est là qu’on voit toute l’hypocrisie des Français, Békés, occidentaux et assimilés et d’un filou comme le général de Gaulle et son esprit nauséabond et cynique d’individus méprisable qui a fait tout son possible pour sortir la France des griffes de Hitler avec le concours des nègres de l’empire, mais qui ne se gênera pas pour façonner la France Afrique, on peut dire qu’il avait un bon maître « le Sauveur de la France planquée en Angleterre » Hitler en personne.

On s’étonne de ne pas entendre les pétré grenouillau, les Békés,les finkelkraut,max gallo déployer toute leur propagande nauséabonde et du révisionnisme dans ce domaine, au contraire là ils se montrent en général parfaitement lucides et habiles.

 

Les déportations

 

Les déportations massives commencent par le rassemblement de 13000 juifs au vélodrome d’hiver.

Les premières déportations systématiques des juifs apatrides internés commence en zone occupé commence en mai juin 1942, l’étoile jaune devient obligatoire en zone nord à partir du 28 mai 1942, en outre la législation de 1940 et 1941 à facilité la solution finale tout comme le code noir avait facilité Le génocide des nègres dans la traite négrière.

En vertue de la loi du 4 octobre 1940, environ 20000Israélites sont déjà internés dans les camps de la zone libre au milieu de 1942.

 

Les actions terroristes

 

Les actions terroristes se multiplient après juin 1941, le colonel Hansspeidel un des chef de la kommandantur à Paris, le premier Allemand tué, l’enseigne de vaisseau Moser abattu le 21 août 1941 à la station de métro Barbès Rochechouart ; viennent ensuite sous officier Hoffmann exécuté le 3 septembre à la gare de l’est, un commandant et un Kriegverwaltungsrat tué à coup de revolver le 22 octobre à Bordeaux, comme le FelKommandant de Nantes deux jour plus tôt.

Les Allemands réagissent avec une férocité exemplaire :

Ils prennet comme otage des détenus de droit commun et des communistes déjà emprisonnés et les fusillent par fournées à mesure qu’expire les dates limites fixées pour la capture des terroristes.

Au 25 octobre600 otages restent au mais des Allemands qui en ont déjà plus de 100.

Voici comment réagissent les français de l’époque ;

« Les jeunes gens à l’école technique étaient atterrés « écrit jean guéhenno « on se perd dans l’horreur »

Devant ces « attrocités » Pétin envisage de se constituer comme otage.

Ces appréciations sont à rapprocher de celle du Reichfuhrer Michel Alliot Marie

le 09 novembre 2006 l’armée Française a exécuté les esclaves ivoiriens révoltés devant l’hôtel Ivoire, dans une tentative de « liquidation du ghettos de Varsovie »

Ils ont été amenés à tirer. Ils ont effectué des tirs de sommation et, dans certains cas, ont été amenés à faire un usage total de leurs armes à feu. Il n’y avait pas moyen de faire autrement. » C’est ce qu’a déclaré, dimanche lors du Grand Jury RTL-Le Monde-LCI, la ministre française de la Défense pour justifier les tirs des soldats français sur des manifestants ivoiriens qui voulaient « empêcher [les] blindés de rejoindre Abidjan ». Le Reichfuhrer Michèle Alliot-Marie a par ailleurs rendu hommage à l’armée française, qui a « fait preuve de sang froid et de retenue » alors qu’elle agissait « dans des conditions épouvantables, face à une foule armée de kalachnikovs et de pistolets ».

Les conditions de vie  sous l’occupation

Les conditions de vie d’austères qu’elle était au début de l’occupation sont devenus misérables en 1944.

Les Français n’ont plus pour l’usage domestique que 35% du charbon dont ils disposaient avant la guerre étant donné que les importations sont impossibles et que les riches gisements du nord et du pas de calais relèvent de l’administration militaire Allemande de Bruxelles.

Les carburants sont extrêment rare 1/10 de celui de 1939.

L’électricité est sévèrement rationnée.

Les chaussures ont des semelles de bois.

« On a si froid qu’on ne pense qu’a cela » écrit Jean Guéhenno le 21 janvier 1942.

Mais le grand problème c’est l’alimentation, la France a été en définitive le plus mal loti des pays occidentaux.

Roger Martin écrit à Gide en mai 1942 qu’il a perdu « 19 kilos » et en septembre qu’il n’y a plus rien au marché.

L’effervescence est grande on voit même des femmes pleurer en pleine rue.

En ville les tickets de rationnement ne sont pas toujours honorés loin de là, la production baisse, les transports, se raréfient, les paysans stockent et l’occupant réquisitionne.

 

Alfred Fabre Luce déclare que « la vraie voix de la France en 1942, c’est la protestation véhémente de l’estomac », on ne peut guère s’attendre dans ces conditions que le Reich soit aimé chaleureusement.

 

Les préfets Français signent en 1941 une déclaration conjointe selon laquelle «  que les réquisitions et les actions de police allemande ferment le chemin de la collaboration et favorise l’expansion du communisme »

 

Dans ces conditions on pourrait dire aussi en définitive que « c’est la bite des Français des békés occidentaux et assimilés qui a provoqué la Famine et la pauvreté en France, c’est tout aussi spirituelle .

 

La résistance de l’Etat  Français face à l’occupant.

 

En politique extérieure le fait qu’on n’osait pas dire sauf à mot couvert c’était que Hitler était le meilleur rempart contre Staline dans ces conditions «  la guerre contre Hitler » devenait pour les conservateurs Français « la guerre de Moscou » car elle pouvait difficilement être menée sans l’aide de l’union soviétique.

Bien avant 1940, de nombreux Français en étaient venus à penser que la révolution était le danger le plus grave, et que la guerre contre Hitler était regrettable parce qu’elle empêchait de se consacrer à la tâche essentielle abattre le communisme.

Le 19 août 1944 , un commando amphibie composé de Canadien prend pied à Dieppeet dans les collines situés au nord de la ville, il est écrasé en quelques heures et la plupart des hommes sont fait prisonniers. Vichy est bel et bien soulagé que la tentative ait échoué et Pétain de féliciter publiquement l’armée Allemande d’avoir procéder « au nettoyage » rapide du sol Français.

Il écrit le 21 Août 1942 à Hitler : « en raison de la dernière agression Britannique qui s’est déroulée sur le sol Français »

« Je propose d’envisager la participation de la France à sa propre défense »…….. « Cette intervention étant l’expression de ma volonté sincère de faire participer la France à sa propre défense. »

On bne peut pas dire non plus que la collaboration ait valu à Vichy l’intégrité territoriale, hormis la Belgique les quelques kilomètres carrés D’Eupen et de Malmédy-Moresnet qu’elle lui avait gagnée à la suite de la 1ère guerre mondiale en 1919aucune nation occidentale ne fut amputée de facto d’une partie de son teritoire.

L’Alsace et la Lorraine avait droit à un Gauleiter qui les administraient comme partie intégrante du Reich.

Ce qui restait du Nord Est fut déclaré « Speer zone » interdite aux réfugiés qui auraient souhaité y retourner et aux autorités française.

Les fermes abandonnées pendant le combat furent réparties aux agriculteurs Allemands, enfin les deux département du Pas de Calais et du Nord furent placés jusqu’en février 1943 sous la coupes des autorités Militaires allemandes De Bruxelles.

 

Le négrier de L’Europe Fritz Sauckel

 

Fritz Sauckel (27 octobre 1894 - 16 octobre 1946) était un responsable nazi. Il organisa les déportations de travailleurs des pays occupés vers l'Allemagne.

Marin sur des navires de commerce, puis ouvrier d'usine, il adhéra en 1923 au parti nazi, dont il devint Gauleiter en Thuringe en 1927.

Chef du gouvernement de Thuringe en 1932, puis Reichsstatthalter de Thuringe en 1933, il fut nommé plénipotentiaire général pour l'emploi de la main d'œuvre en 1942 et organisa à ce titre les déportations de travailleurs des pays occupés vers l'Allemagne.
Son représentant en France jusqu'à son assassinat en septembre 1943 était Julius Ritter.

Il fut condamné à mort au cours du procès de Nuremberg pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité et pendu en 1946.

A mesure que croissent les besoins du Reich, la France devient son fournisseur le plus plantureux.

Reste à savoir comment s’y prendre pour exploiter au mieux les ressources de la France.

 

A Berlin deux conceptions s’opposent :

A) Les pillards conduit par Fritz Sauckel : Ce dernier considère qu’il faut drainer autant que possible les ressources de la France sans se préoccuper de la répercussion générale que peuvent avoir des réquisitions incohérentes sur l’économie de la France

 

B) Face à eux ; Albert Speer le technocrate plus subtil , propose de stimuler l’industrie,et l’agriculture Française pour les intégrer dans une vaste unité de Production Européenne.

 

IL faut que les Kémites du monde Entier sache Qu’en France Concernant Les Rapports de la France Avec le peuple Kémite  L’Afrique et les Antilles en Particulier c’est toujours la Tendance Sauckel (DE Gaulle ,Foccart) qui l’emportera dans les relations franco-Kémite dans le cabinets noir de l’Elysée surnommée cellule Africaine, L’EURAFRIQUE de Sarkozy prononcé dans son discours de Dakar il ya peu C’est toujours et éternellement La tendance Sauckel, ainsi les Français les békés les juifs occidentaux et assimilés ne s’arreteront pas avant que le peuple Kémite ne soit entièrement anéanti écrasé par la dette et l’exploitation féroce.

Car la tendance Sauckel est conbsubstanciel à l’existence de la France

 

C’est Hitler lui-même qui va être le meilleur agent de recrutement de la résistance quand il décide d’envoyer les jeunes ouvrier Français travailler dans les usines du Reich.

Laval n’ayant pas réussi à amadouer le gauleiter Sauckel.

Avec ses volontaires le STO (Service du travail obligatoire) institué en 1943 deux classes d’age entière.

Pour le STO il ne s’agissait pas d’un marché de trois contre un comme la propagande le raconte, il ; avait été décidé le 15 juin 1942 que la France fournirait 400 000 ouvriers dont 150000 qualifiés et c’est seulement à ceux-ci que s’appliquait la relève, autrement dit 50 000 prisonniers au maximum auraient été libéré, en outre c’était surtout des agriculteurs qui étaient renvoyés dans leur foyer.

Les jeunes gens n’ont d’autres solutions que de prendre le train pour l’Allemagne ou le chemin de la montagne grossissants les rangs des mécontents et résistants.

Les montagnards doivent évidemment se nourrir et se défendre par leurs propres moyens. Ils y parviennent en faisant des descentes là ou ils savent pouvoir trouver de l’argent et du ravitaillement.

La perspective d’une libération acquise grâce à « des brigands » n’a rien qui puisse séduire bon nombre de français.

Dans ces conditions les vrais résistants n’ont jamais été très nombreux, après la guerre on livrera 300 000 cartes de combattants, dont 130 000 à des déportés, et 170 000 à des combattants volontaires de la résistance, en y ajoutant les 100 000 combattants volontaires qui y laisseront leurs vie on a le total de tout les résistants actifs ou du moins de ceux qui furent reconnus comme tels, ils représentent environ 2% de la population adulte.

Cependant si on se réfère aux sympathisants qui lisaient les journaux clandestins, on ne compte que deux millions de Français, soit près de 10% de la population adulte Française qui ont accepté de prendre un risque somme toute léger.

Nous ne voulons minimiser en rien le rayonnement de ceux qui savaient ce qu’ils devaient faire, il n’en demeure pas moins que l’immense majorité de la population n’entendait pas secouer le joug Allemand par le Feu et l’épée.

On s’étonne que les Finkelkraut, les Max gallo, Les Pétré grenouilleau restent muet sur Fritz Sauckel apparemment c’est pour éviter de dire que les Français békés juifs, occidentaux et assimilés ont vendus une partie de leur population au Reich et reconnaître que Fritz Sauckel est un négrier revient à valider leur propre crime contre le peuple Kémite et de continuer tranquillement la francaFrique, on préfère bien sur parler des grandes heures de l’empire colonial Français et de Napoléon.

 

 

 

« La Récompense » de la France

Après s’être battus par milliers en 1939-40 et après les affres de la captivité, tirailleurs maghrébins et d’Afrique noire furent de nouveau mobilisés à partir de novembre 1942 pour participer à la libération de la « Mère patrie ».

A la suite de la débâcle de mai juin 1940 l’armée française était prisonnière dans les camps du Reich, la France était occupée, il appartenait à l’Empire de fournir le plus grand effort pour reconstituer cette armée et participer au combat pour la Libération.

Engagés ou conscrits, ils représentaient plus de la moitié de l’armée régulière en 1944, estimée à 550 000 hommes et femmes.

Sur les 260 000 hommes que comptait la Première armée française dont les unités débarquèrent en Provence en août 1944, plus de la moitié était des indigènes originaires des colonies, musulmans d’Afrique du nord et d’Afrique noire.

Des fantassins constamment sollicités et surexploités, de l’aveu même de leur chef, le général de Lattre de Lassigny. Il s’en s’inquiétait auprès du commissaire à la guerre Diethelm : "Mes hommes ont l’impression naissante qu’ils sont abusivement exploités par la métropole, sentiment terriblement dangereux."

Et puis, la guerre terminée, ils sont, dans leur grande majorité, rentrés au pays fiers du devoir accompli et certains d’avoir montré que leur participation les hissaient au niveau de tous les citoyens français.

A la suite des indépendances de 1960, en Afrique, la France de l’escroc nauséabond DE Gaulle  avec l’aide de son sbire Foccart ;substitue à la colonisation le système nauséabond, de la Franc Afrique comme monnaie d’ échange au sacrifice héroïque de l’armée d’Afrique en Europe pour libérer la France.

En conclusion je demande Au Français, békés juifs occidentaux et assimilés : « Pourquoi n’avoir pas conserver le système Hitler -Sauckel s’il avait du bon.

Je dis ceci : Il faut que les Français, békés juifs occidentaux et assimilés sachent qu’il ne duperont plus aucun Kémite avec l’idéologie contenu dans leurs livres d’histoire, par ses silences, ses détours, ses choix, et ses manigances c’est un fatras de mensonges destiner à aveugler le peuple Kémite.

J’attends le babillage et le lyrisme poétique de Finkelkraut, Pétré grenouilaux, Max gallo et compagnie sur le système Hitler-Sauckel.

Que diraient les Français, békés juifs occidentaux et assimilés si un Kémite disait que : « C’est la bite des Français, békés juifs occidentaux et assimilés  qui est responsable de la famine en France entre 1940 et 1945.

Enfin les commémorations du 8 Mai 1945 c’est de la repentance, un étalage de la douleur des Français, békés juifs occidentaux et assimilés.